Slide

LES INTERLOCUTEURS

Le Directeur d’établissement 

Le directeur est la pièce maîtresse de votre jeu. Une relation harmonieuse doit s’établir entre lui et vous. Ce n’est pas toujours facile car il doit composer entre tous les acteurs qui l’entourent. Vos intérêts, requêtes et exigences ne sont pas toujours bien compris et l’expertise que vous mettez en avant souvent remise en cause. Avec l’usure du temps et l’expérience, les choses s’arrangent comme dans un vieux couple. Parfois, elles tournent au vinaigre. Je ne le souhaite à personne.

La banque

La banque est un élément qui peut sembler anodin. Il n’en est rien. De sa capacité à gérer vos problèmes dépend la nécessaire quiétude dont vous avez besoin. A force de s’y rendre, des relations se nouent et même votre banquier finira par vous sembler sympathique. Il suffit pour cela de lui apporter ce qu’il attend de vous: un maximum d’argent. En revanche, il vous offrira les services payants que vous attendez avec un facilité que jusque là vous n’aviez pas encore soupçonnée. Le banquier n’est pas votre ami, c’est un commerçant. Par contre, si c’est votre allié, vous ne le regretterez pas.

L’homme à tout faire 

L’homme à tout faire est une pièce maîtresse dans votre échiquier. Ceux qui ont auprès d’eux une perle savent de quoi on parle ici. Les plus malchanceux, qui ont un “homme à rien faire” connaissent leurs souffrances. De la qualité  et des capacités de cet homme dépend la rapidité avec laquelle les problèmes se règlent. Si vous avez du Sidol, faites-le briller des pieds à la tête. Un bon moyen de valoriser son travail est de lui offrir tous les outils de qualité dont il a besoin. Tout le monde sortira gagnant. Lui, car son travail sera plus varié, l’école car cela coûtera moins cher et le personnel qui verra tant de petits soucis se régler naturellement.

Techniciens de surface

Les techniciens de surface sont ceux que l’on ne voit pas assez par manque de temps. Leur travail est ingrat et voué à un éternel recommencement.

Nombreuses sont les personnes qui pensent que l’école se doit d’être aussi propre qu’à la maison. C’est impossible surtout en hiver ou par temps de pluie. Pour les plus actifs d’entre-eux, c’est une vraie souffrance que de voir leur travail réduit à néant en l’espace de quelques secondes lors de la montée des rangs par exemple.

Le personnel d’entretien, plus que les autres, est extrêmement sensible aux félicitations quant à la qualité de son travail lorsque cela est justifié.

Les fournisseurs 

Les fournisseurs font partie de cette armada de personnes qui viennent à la chasse dans votre bureau afin d’en ramener un beau trophée.

Certains d’entre-eux sont des requins, qu’avec l’âge, on ne confond plus avec les dauphins. Les pires font partie du domaine des copieurs et de la téléphonie. Ces deux domaines restent pour bien des gens une nébuleuse et ils en profitent allègrement.

Un bon fournisseur est celui qui arrive à l’heure (c’est rare), qui vous livre à temps et qui vous donne une garantie sur son matériel sans rechigner. Oserai-je dire que le prix n’est pas le seul élément de satisfaction dans une négociation.

Le secrétariat 

Il en va du secrétariat comme de tout autre interlocuteur. S’il est de qualité, votre bonheur sera perceptible car l’information demandée sera juste et le temps gagné sera précieux.

La production de documents servant à l’économat est néanmoins produite dans sa grande majorité par l’économe lui-même. Le secrétariat a suffisamment à faire et est assailli en permanence par toutes sortes de demandes aussi variées les unes que les autres.

Une fois encore, chaque école a ses us et coutumes. La relation avec le secrétariat est en grande partie dictée par cette histoire.

Les professeurs et éducateurs

Que dire des profs? Sans eux, pas d’école. L’Econome a pour plusieurs raisons peu de contact avec les professeurs. Il s’agit dans leur majorité de contacts liés à la commande, réception ou réparation de tel ou tel matériel, article ou autre. Il est vrai que les préoccupations des uns n’étant pas les mêmes que celles des autres, cela n’engendre pas naturellement de franches parties de rigolade entre ces deux mondes travaillant pourtant sous le même toit.

Les parents

L’Econome a peu de contacts avec les parents. Ces contacts sont le plus souvent liés à des aspects financiers. Rien de très agréable donc de ce côté. Faire la chasse aux impayés n’est pas la plus belle partie de notre métier. Ici, chacun fait à peu près le même fravail dans une solitude parfois pesante.

Les élèves 

Les contacts avec les élèves varient d’un économe à l’autre. Certains se souviennent plus que d’autres de leur ancien job : éducateur. D’autres ne verront dans les élèves que les destructeurs de leurs œuvres qu’ils ont eu tant de difficultés à construire. La vérité est probablement entre les deux. Quoi qu’il en soit, il en va des élèves comme des profs: pas d’école sans élèves.

©EconoBru tous les droits réservés - Design by ICT-PRO

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?